Votre santé, en lien avec votre revenu ?

La santé publique s’intéresse aux causes profondes des maux qui affectent la santé des populations. L’effet du revenu sur la santé a été démontré à de multiples reprises.

 

Quels sont les effets du revenu sur la santé?

Quoi qu’on puisse en penser, on ne naît pas tous égaux à l’égard de notre santé actuelle et future. Par exemple, avant même de naître, le faible poids à la naissance, le retard de croissance intra-utérine et la prématurité affligent davantage les plus défavorisés que les mieux nantis. Les études montréalaises démontrent que les moins fortunés connaissent plus de décès, plus d’hospitalisations, plus d’incapacités, de même qu’une moins bonne santé générale et mentale que leurs homologues plus fortunés. Le revenu a donc des impacts sur la santé des gens tout au long de leur vie et au-delà. En effet, on parle de cycle intergénérationnel de pauvreté, où les enfants naissant de parents plus pauvres sont plus à risque d’être pauvres à leur tour pendant leur vie.

Le revenu a aussi des impacts sur d’autres éléments qui peuvent contribuer à ce que la santé d’un individu soit bonne ou non. Par exemple, il est clair que l’éducation, l’emploi et l’alimentation sont des facteurs qui contribuent à améliorer la santé des gens. Pourtant, selon les études montréalaises, le taux de personnes ayant terminé leurs études secondaires est significativement moins élevé et les opportunités de travail sont moins présentes chez les plus pauvres. Aussi, les plus défavorisés auront connu le manque de nourriture et d’argent pour s’en procurer, alors que cette situation est pratiquement inconnue chez les plus riches. Ces écarts entre groupes socio-économiques s’appellent des inégalités sociales de la santé.

 

 

Le faible revenu constitue-t-il un problème d’envergure au Québec?

Le nombre de personnes vivant en situation de pauvreté est loin d’être négligeable au Québec. Près d’une personne sur cinq dans notre province vit sous le seuil de faible revenu. Cette proportion est la même pour les enfants de moins de 6 ans. Le seuil de faible revenu considère le revenu total avant impôt et est ajusté selon le nombre de personnes dans la famille. De plus, une personne sur dix au Québec ne réussit pas à couvrir ses besoins de base, soit se nourrir, se loger et se vêtir.

 

 

La santé publique s’intéresse-t-elle aux effets du revenu sur la santé des Québécois?

Une des missions principales de la santé publique est de réduire au maximum les inégalités sociales en santé, ces écarts entre fortunés et moins fortunés qui sont évitables. Étant donné que les causes des écarts de santé sont profondément ancrées dans les conditions sociales de la population, la santé publique a le devoir de s’intéresser et de se prononcer sur l’éducation, l’emploi, l’alimentation… et le revenu de la population! Plusieurs études démontrent la nécessité d’agir sur ces aspects, il existe même un centre de recherche, le Centre Léa-Roback, qui en fait son principal champ d’intérêt.

 

 

Que fait la santé publique pour diminuer l’effet des écarts de revenu sur la santé?

Elle conseille et influence les différents paliers du gouvernement pour s’assurer que les services de santé soient accessibles à tous peu importe le statut socioéconomique. Les politiques sociales sont primordiales pour améliorer la situation des plus démunis. La santé publique finance et appuie également plusieurs organismes communautaires qui interviennent directement auprès des personnes défavorisées. Aussi, la santé publique étudie minutieusement les interventions menées auprès de la population afin qu’elles n’augmentent pas les inégalités sociales de santé, plutôt que de les réduire.

 

 

Que peut faire le gouvernement pour diminuer l’effet des écarts de revenu sur la santé?

Le gouvernement québécois doit aussi faire des efforts. Créer de la richesse ne suffit pas, il faut que celle-ci soit distribuée équitablement. Optimiser les prestations aux familles, l’aide sociale et les suppléments de revenu garanti y contribuent, mais ce n’est pas assez. La redistribution des revenus est débalancée et avantage encore trop les plus riches au détriment des moins fortunés. Ces écarts ont des conséquences démontrées sur la santé de la population. De plus, il faut s’assurer que le système de santé reste public, afin que son accès demeure réellement universel et serve à tous sans discrimination.

 

Comment encourager la santé publique à diminuer l’impact du revenu sur la santé?

Les coupures de 30% en santé publique sont une menace à la réduction des inégalités sociales en santé. Signez la pétition sur le site web de JMPSP pour dire Non aux coupures de 30% en santé publique. Vous pouvez aussi discuter avec votre député et l’encourager à être en faveur de politiques sociales qui assurent un revenu minimal acceptable pour tous les Québécois.

Signez la pétition contre les coupures en santé publique !

Pour en savoir plus sur les inégalités sociales en santé :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s